En août 2011, LinkedIn lance sa nouvelle application mobile issue de la refonte complète de leur architecture. Après un an de travail, les équipes mobile du réseau social professionnel parviennent à réduire leur infrastructure de 30 serveurs à seulement 3. Cette modification s’est faite sans réduction des performances. Au contraire, les équipes de LinkedIn constatent que la partie cliente est entre 2 et 10 fois plus rapide. Revenons sur cet évènement pour comprendre quels choix technologiques et logiciels ont pu permettre cette prouesse.

Commentaires

La conclusion de l'article laisse penser que Javascript est la solution à tous les problèmes dès qu'on veut faire de l'asynchrone... Ca me laisse dubitatif.

Comme le dit un ancien ingénieur de LinkedIn dans ce post (http://ikaisays.com/2012/10/04/clearing-up-some-things-about-linkedin-mobiles-move-from-rails-to-node-js/) :

"What I’m saying here is use your brain. Don’t read the High Scalability post and assume that you must build your next technology using node.js."

Pour info, l'article original sur le blog de LinkedIn n'est pas celui cité sur GreenIT, mais celui-là : http://highscalability.com/blog/2012/10/4/linkedin-moved-from-rails-to-node-27-servers-cut-and-up-to-2.html

PS : j'ai rigolé quand j'ai lu que les données étaient "zippées" (sic)

Il y a presque 6 ans
Vous devez vous inscrire ou vous connecter pour poster un commentaire